Le système éducatif suisse

Le système éducatif suisse repose fondamentalement sur les divers degrés suivants:

  • Degré préscolaire (2 ans)
  • Degré primaire (6 ans)
  • Degré secondaire I (3 ans)
  • Degré secondaire II (durée et orientation variables)
  • Degré tertiaire (université, haute école spécialisée…)

L’éducation relevant principalement des compétences des cantons, le système peut légèrement varier d’un canton à l’autre.

Les degrés préscolaire, primaire et secondaire I sont obligatoires. Les enfants entrent à l’école enfantine à l‘âge de quatre ou cinq ans.

Tous les enfants suivent ensemble les degrés préscolaire et primaire. A partir du degré secondaire I, ils sont répartis selon leur niveau d’aptitude. Les désignations varient en fonction de la région (cycle d’orientation, école secondaire, …).

A l’issue de l’école obligatoire, les jeunes ont le choix entre plusieurs formations scolaires telles que

(une formation professionnelle initiale (apprentissage professionnel) peut être complétée par des formations continues.)

Ecole de commerce EC

L’école de commerce offre une formation professionnelle commerciale et de culture générale. Elle combine la formation professionnelle avec un enseignement de culture générale de bon niveau. L’EC commence après la 2e ou la 3e année du degré secondaire et mène, à l’issue d’une filière d’apprentissage de trois ans, au certificat fédéral de capacité d’employée de commerce. Une quatrième année peut alors être ajoutée pour obtenir la maturité professionnelle commerciale, qui permet d’accéder directement, sans passer d’examen, à une haute école spécialisée.

Début de la page

Gymnase

Le gymnase est la voie classique qu’empruntent les jeunes désireux de suivre des études universitaires. Il aboutit à l’obtention de la maturité (qui correspond au baccalauréat français). Ce diplôme suisse donne accès aux universités helvétiques, qu’il ait été décerné par une école publique ou privée.

Certains cantons, par exemple Genève, emploient le terme de collège au lieu de gymnase, d’autres encore, comme Neuchâtel, lui préfèrent le nom de lycée.

Dans plusieurs cantons alémaniques, les élèves particulièrement doués peuvent intégrer une école de maturité gymnasiale après la 6e primaire déjà. Ce gymnase version longue s’étend sur six ans. La Suisse romande et le Tessin n’ont pas de gymnase version longue.

Le gymnase version courte débute à la fin de la 2e ou de la 3e année secondaire. Le cursus de maturité dure quatre ans.

Pour la maturité, les élèves ont le choix entre plusieurs disciplines principales:

  • les langues anciennes et les langues modernes
  • les langues modernes
  • les mathématiques et les sciences naturelles
  • l’économie et le droit
  • la musique
  • la philosophie/pédagogie/psychologie

Début de la page

Ecole de culture générale ECG

L’école de culture générale (ou école du degré diplôme) vient immédiatement après l’école obligatoire et permet une formation générale approfondie. Elle propose plusieurs orientations:

  • santé/sciences naturelles
  • communication/médias
  • pédagogie
  • travail social
  • arts visuels/art
  • musique/théâtre/danse

A l’école de culture générale, les élèves obtiennent en trois ans un certificat de culture générale qui donne accès aux formations des écoles supérieures. Il est ensuite possible d’enchaîner avec une année supplémentaire afin d’obtenir la maturité spécialisée requise pour accéder à certaines hautes écoles spécialisées.

Début de la page

Apprentissage professionnel

En Suisse, de nombreux jeunes font un apprentissage professionnel. L’apprentissage débute immédiatement après l’école obligatoire et dure entre trois et quatre ans, suivant le métier choisi. Les apprenantes et apprenants fréquentent l’école professionnelle un ou deux jours par semaine et travaillent le reste du temps dans leur entreprise de formation, où ils acquièrent les connaissances professionnelles pratiques. Les entreprises de formation peuvent tout autant être actives dans le secteur privé que dans le secteur public. Les apprentissages professionnels sont supervisés par l’Etat. Les apprentissages débouchent sur un certificat fédéral de capacité (CFC). Les jeunes dont le niveau d’aptitude est peu élevé ont la possibilité de faire un apprentissage plus court s’achevant par l’obtention d’une attestation fédérale de formation professionnelle (AFP).

Dans certaines branches, il est possible d’obtenir le certificat fédéral de capacité dans le cadre d’un cursus dans une école privée.

Début de la page